Avant-projet de nouvelles normes de maison de repos - premier avis de la Fédération des CPAS bruxellois

La Fédération des CPAS a pris connaissance avec vif intérêt et esprit d’ouverture de l’avant-projet instaurant de nouvelle norme d’agrément en maison de repos. Une première réaction a été sollicitée pour le 19 août au sein d’Iriscare.

Vu la période de vacances, sans préjudice d’une réaction officielle du Comité directeur de la Fédération, un premier avis a été rédigé. 

Il reprend une série d’observations générales qui résument un grand nombre de remarques techniques. Elles ont été préparées en étroite collaboration avec les CPAS présents au sein de la Commission Grand Âge et disponibles fin juillet : Bruxelles, Ixelles, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Pierre. 

Il est regrettable qu’un avis sur un texte aussi fondamental soit sollicité dans une période de vacances et donc d’absence.

De façon générale, une série d’intentions sont louables. Il en va ainsi du souhait d’une plus grande participation et ouverture sur le quartier ainsi que d’un meilleur accueil et intégration des nouveaux membres du personnel.

Il n’y a malheureusement plus de statistique officielle sur les prix à Bruxelles. Il est possible d’en donner une estimation hors supplément et dépense pour compte de tiers sur base des classes de prix publiées par Infor-Home Bruxelles au départ de médianes par classes de prix. A titre illustratif, fin 2021, avant les multiples indexations de 2022, les chiffres estimés étaient les suivants :
 

Estimation des prix hors suppléments en MR-S bruxelloise- 12.2021

Par jour

Idem sur 30 jours

CPAS

56,31

1.689,3

Commercial

63,09

1.892,6

Associatif

62,11

1.863,3

Total

61,65

1.849,6

Données de base Infor-Home – Calculs propres

Ces chiffres rappellent si besoin l’enjeu de l’accessibilité financière pour les aînés. Par ailleurs, en 2020, en secteur public bruxellois, 36 % des résidents avaient une aide d’un CPAS. Avec des prix élevés, il y a aussi un enjeu en termes de dépenses d’aide sociale.

Ce niveau de prix commande la prudence quant aux impacts financiers des changements proposés. Si une mesure qualitativement défendable implique un surcroît de dépenses, elle doit faire l’objet d’une couverture financière régionale.

Nonobstant commentaires ultérieurs, huit thèmes sont abordés dans ce premier avis :

  • la terminologie – maison de vie – trouble cognitif,
  • des normes de qualité largement orientées soins,
  • une fonction de médecin coordinateur inchangée à ce stade,
  • des changements de normes architecturales à subventionner et à réaliser dans un calendrier raisonnable,
  • de nouvelles fonctions en matière de nutrition, coordination des activités et de prévention sans à ce stade de personnel et financement en plus,
  • un conseil participatif avec un calendrier raisonnable tenant compte de la dynamique des groupes restreints,
  • l’absence de mesure en termes d’accessibilité financière,
  • la réforme de l’inspection.


Voir aussi




« Retour

Auteur

Jean-Marc ROMBEAUX
Date de publication
26-07-2022
Conditions générales | RSS | Liens utiles